A new vision for agriculture
momagri, movement for a world agricultural organization, is a think tank chaired by Christian Pèes.
It brings together, managers from the agricultural world and important people from external perspectives,
such as health, development, strategy and defense. Its objective is to promote regulation
of agricultural markets by creating new evaluation tools, such as economic models and indicators,
and by drawing up proposals for an agricultural and international food policy.
Focus on issues

The vast majority of the poor survive on agriculture ... and vice versa



Jean-Christophe Debar,
Director, Foundation for World Agriculture and Rurality (FARM)



At the close of this year there have been various reports by international institutions on food security and the 17 sustainable development goals (SDGs) adopted on 25th September 2015 to eradicate poverty, protect the planet and ensure prosperity for all, within the framework of a new sustainable development agenda. Each goal has specific targets to be achieved over the next 15 years.

In a recent paper (reproduced below
1) JC Debar, director of the Farm Foundation, reviews several of these reports, in particular the World Bank report, which provides valuable information on the challenges of reducing poverty in the world. It would appear that 57% of the world’s poor (and 65% of the extremely poor) work in agriculture. This ratio varies considerably from region to region; it is particularly high in sub-Saharan Africa.

However, as JC Debar notes, once these findings have been made, the reports do not adequately emphasize the importance of sector-specific agricultural public policies, which are an essential prerequisite for combating food insecurity. Social measures (education, health, and direct aid to the most deprived) and infrastructure (roads, electrification) must be accompanied by the reinforcement of agricultural policies in order to properly achieve SDGs, with first and foremost, the elimination of extreme poverty by 2030.

As JC Debar concludes, agriculture is ultimately the keystone to development. In order to achieve lasting progress in the fight against hunger in the world, it is essential to improve the condition of farmers in developing countries through appropriate regulatory measures.


Momagri Editorial Board




Eliminer l’extrême pauvreté d’ici à 2030 : c’est le premier des objectifs de développement durable (ODD) adoptés par l’Organisation des Nations unies. L’ODD n° 10 vise quant à lui à réduire les inégalités entre pays et au sein de chaque pays. Ces deux objectifs sont distincts mais complémentaires, souligne la Banque mondiale dans son rapport Poverty and Shared Prosperity 2016: Taking on Inequality, rendu public début octobre. Son message est clair : si les taux de croissance économique d’ici à 2030 restent aux niveaux observés durant la dernière décennie, il faudra réduire fortement les inégalités de revenu pour éradiquer l’extrême pauvreté, qui atteignait encore 11 % (41 % en Afrique subsaharienne) en 2013.

Mais qui sont les pauvres ? Un autre rapport de la Banque mondiale, publié simultanément, livre une moisson d’informations
2. Une équipe de chercheurs a passé au peigne fin les statistiques disponibles pour 89 pays qui regroupent 84 % de la population des pays en développement. Dans l’échantillon étudié, 12,5 % des habitants, en 2013, vivaient en moyenne avec moins de 1,90 dollar par jour et tombaient donc sous le seuil de l’extrême pauvreté. Près de 20 %, ayant un pouvoir d’achat compris entre 1,90 et 3,10 dollars par jour, souffraient en outre de pauvreté « modérée »3. Soit un taux global de pauvreté, extrême et modérée, de 32 %.

La pauvreté touche « de manière disproportionnée » le milieu rural, notent les auteurs de l’étude. Environ 46 % des ruraux vivent avec moins de 3,10 dollars par jour, contre 16 % des urbains. Cela tient au fait que la majeure partie des ruraux travaillent dans l’agriculture et que la moitié des actifs agricoles sont pauvres, contre 16 % pour les personnes employées hors de l’agriculture
4.

On peut regarder les choses d’une autre façon : 57 % des pauvres (et 65 % des extrêmement pauvres) travaillent dans l’agriculture. Ce ratio varie sensiblement selon les régions ; il est particulièrement élevé en Afrique subsaharienne
5.

Ces observations sont lourdes de conséquences pour les politiques publiques. Le rapport Poverty and Shared Prosperity 2016 avance des solutions transversales, consistant essentiellement à mener des politiques sociales ambitieuses (éducation, santé, aides directes aux plus démunis) et améliorer les infrastructures rurales (routes, électrification). Mais il ne discute pratiquement pas de mesures sectorielles. Or, si deux tiers des personnes extrêmement pauvres vivent de l’agriculture, la priorité des Etats et des bailleurs, pour atteindre l’ODD n° 1, devrait être d’améliorer le revenu des actifs concernés. Comment ? D’abord en augmentant la productivité de l’agriculture, comme le recommande la Banque mondiale dans un troisième document, publié à peu près au même moment . Mais aussi en créant des emplois non agricoles dans les zones rurales, pour permettre aux petits agriculteurs de diversifier leurs sources de revenu et pour offrir une alternative à ceux qui ne vivent pas décemment de la production agricole. Les industries et services d’amont et d’aval de l’agriculture (transformation, agrofourniture, mécanisation…) constituent, de ce point de vue, des gisements d’emplois encore largement sous-exploités.

En outre, si le taux de pauvreté est en moyenne trois fois plus grand parmi les actifs agricoles qu’au sein des urbains (et même quatre fois plus élevé si l’on considère l’extrême pauvreté), les politiques mises en œuvre dans le secteur agricole peuvent contribuer fortement à réduire les inégalités, donc à atteindre l’ODD n° 10. C’est bien ce qui s’est passé dans les pays développés qui ont appliqué, historiquement, de vigoureuses politiques agricoles.

Ce n’est donc pas seulement parce qu’elle conditionne la sécurité alimentaire et joue un rôle crucial en matière de changement climatique qu’il est justifié de soutenir l’agriculture et d’y investir massivement. Le secteur agricole est le vecteur potentiel d’énormes progrès sociaux, en termes de réduction de la pauvreté et des inégalités et, si l’on raisonne au niveau des filières agroalimentaires, sur le plan de la création d’emplois, thème du colloque annuel de la fondation FARM qui se tiendra le 8 décembre à l’OCDE. La Banque mondiale le soulignait déjà il y a près de dix ans, dans un rapport qui a fait date . Ses dernières analyses confirment ce diagnostic et plaident pour un effort accru des gouvernements et des bailleurs en faveur de l’agriculture et, plus largement, du monde rural.


1 The entire article is available from
http://www.fondation-farm.org/zoe.php?s=blogfarm&w=wt&idt=3117

2 'Who Are the Poor in the Developing World?', Policy Research Working Paper 7844, World Bank Group, October 2016.
3 Les seuils de pauvreté sont calculés en dollars en parité de pouvoir d’achat 2011.
4 19,8 % des personnes qui travaillent dans l’agriculture sont en situation d’extrême pauvreté, contre 4,6 % pour les personnes employées hors de l’agriculture. En outre, 29,8 % des actifs agricoles sont modérément pauvres, contre 11,8 % des personnes employées hors de l’agriculture.
5 Globalement, 65 % des personnes extrêmement pauvres et 52 % des personnes modérément pauvres travaillent dans l’agriculture. En Afrique subsaharienne, les pourcentages correspondants sont respectivement de 76 % et 66 %. Le taux moyen de pauvreté (extrême et modérée) de 57 % au niveau mondial a été calculé par FARM d’après les données de la Banque mondiale.
6 Africa’s Pulse, octobre 2016, volume 14, Groupe de la Banque mondiale. Voir la section 3 : « Renforcer la productivité agricole pour réduire la pauvreté ». Ce chapitre reprend notamment les conclusions du rapport Obtenir de meilleurs résultats : priorités en matière de dépenses publiques pour les gains de productivité de l’’agriculture africaine, publié par la Banque mondiale le 17 octobre.
7 L’Agriculture au service du développement, Rapport sur le développement dans le monde 2008, Banque mondiale, juillet 2007.


Page Header
Paris, 11 December 2018